Contexte historique

Dans l’État brésilien de Ceará, (sur la côte atlantique nord-est du pays, le huitième plus grand état du pays, dont la capitale est Fortaleza), les peuples autochtones ont été réduits au silence pendant des siècles; d’abord par le génocide et l’esclavage, plus tard par une interdiction de parler leur langue originelle et par une interdiction officielle de mariage entre eux, excepté avec des Blancs ou Noirs libérés (une politique raciale pour mieux les métisser). Ceci au point que, en 1863, un document officiel a été publié, sous la pression des intérêts économiques de l’élite dominante, ce avec la force symbolique de la loi, qui a établi que “il n’y avait plus d’Indiens dans l’état”. Des études anthropologiques récentes ont toutefois révélé 14 peuples autochtones dans 25 localités du Ceará, qui font partie des 305 peuples indigènes qui habitent le Brésil.

À partir des années 1990, les autochtones Anacé ont commencé à subir une nouvelle série d’attaques avec l’installation du complexe industriel et du port de Pecém. Celui-ci se trouve à 50 km de Fortaleza et est le port brésilien le plus proche de l’Europe et des États-Unis, avec des temps de transit aussi courts que six jours vers New York et sept jours vers le Portugal ou l’Espagne. À peine dix ans plus tard, il est déjà le principal port brésilien pour le transport de fruits, de ciment et de chaussures. C’est aussi l’un des principaux ports de la circulation de l’acier, du fer et du coton.

Ce complexe possède deux centrales thermoélectriques en fonctionnement (une à charbon, avec deux unités contrôlées respectivement par EDP et Eneva, une filiale de la multinationale britannique EOn et une usine à gaz appartenant à Enel – une multinationale italienne.) Et une aciérie. Ensemble, ils sont autorisés à utiliser 2529 litres d’eau par seconde, assez pour alimenter plus d’un million de personnes. Leur consommation a aggravé la situation des réservoirs d’eau de Ceará, déjà affectée par 5 années de sécheresse sans précédent et des taux élevés d’évaporation, probablement en raison du changement climatique.

En 2015, avant le début de l’aciérie, les centrales thermoélectriques seules ont émis 7,25 mégatonnes de CO2 (22,7% des émissions totales de l’état en équivalent CO2) ainsi que des gaz toxiques et des particules. Cela a également de graves répercussions sur la santé des communautés locales (autochtones et non autochtones). Comme si cela ne suffisait pas, une partie du peuple Anacé a été expulsée de force de son territoire, qui reste non délimité, vers une «réserve», pour préparer l’installation d’une raffinerie de pétrole, prévue dans les années à venir grâce à un investissement chinois.

En raison du retard dans la délimitation de leurs terres, les communautés Anacé ont commencé des actions dans lesquelles elles marquent leurs propres terres qu’elles appellent «retomadas». L’un d’entre eux (Japuara) est consolidé mais ne couvre qu’une petite partie du territoire. Les nouvelles tentatives de retomada ont rencontré une réponse violente de squatters et de l’appareil de police d’état.

En outre, en raison de la baisse des barrages, le gouvernement de l’État a commencé à utiliser les eaux souterraines dans la région, ce qui, selon les études d’impact environnemental, aura un impact important sur la quantité et la qualité de l’eau locale des puits peu profonds qui desservent les familles et les petites communautés et qui permettent une intrusion saline. Les Anacés sont de nouveau à la pointe de la résistance contre ce projet, ayant entamé une action en justice et installé un camp pour protéger leur eau. Le camp a été violemment réprimé et des poursuites judiciaires sont toujours en cours, bien que le gouvernement continue à faire les travaux. Nous appelons à la solidarité avec ce groupe de combattants courageux.

Appel à la solidarité avec le peuple Anacé

Nous, mouvements sociaux-environnementaux, organisations indigènes, écologistes, défenseurs des droits de l’homme et partisans de la cause indigène, apportons notre soutien total et inconditionnel aux peuples indigènes Anacé des communautés de Japuara et Cauípe et à leurs chefs traditionnels. Nous condamnons les actes de violence et les violations commises par les squatters, les autorités et les agents publics.

Un mois après que la police ait repris deux fois leurs terres par la force, les dirigeants d’Anacé, en particulier de Japoara et de Cauípe, dans la municipalité de Caucaia, dans l’État de Ceará, sont toujours victimes d’intimidations fréquentes. Il y a des témoignages de personnes passant sur des motocyclettes, portant des casques pour cacher leur visage, portant un message que les Anacés interprètent comme une menace. Ils craignent pour leur vie.

Le peuple Anacé a vécu dans cette région depuis au moins les XVIe et XVIIe siècles. Expulsés de leur territoire traditionnel, ils ont peu de bases pour maintenir leurs pratiques et coutumes. Les zones dans lesquelles ils ont été contraints de vivre n’ont pas encore reçu de statut officiel, comme le prévoit la constitution fédérale, ce qui a entraîné une avancée systématique des squatters sur la petite parcelle de terrain pour laquelle ils luttent, à tout prix, pour garantir générations actuelles et futures.

Sans une action efficace des pouvoirs publics, en particulier des institutions chargées de garantir les droits des peuples autochtones, comme la Fondation nationale indienne (FUNAI) et le Bureau du procureur fédéral (MPF), outre le Gouvernement fédéral, le peuple Anacé a commencé à lutter et son combat s’est intensifié. Ces cinq dernières années, le processus connu sous le nom de «retomadas», dans lequel ils agissent pour occuper leurs propres terres – actions menées par les peuples autochtones dans plusieurs États du Brésil, principalement dans les régions du Nord-Est et Centre-Ouest.

L’un de ces retomadas en janvier a entraîné l’agression policière et la reprise des terres par l’État du Ceará, sans aucune procédure légale à appliquer dans les cas affectant directement les peuples autochtones, comme la présence de la FUNAI, l’Agence gouvernementale brésilienne, pour l’application de la loi par la police fédérale.

En plus de la lutte pour les droits fonciers, les Anacé se battent aussi pour leur droit à l’eau. À la fin de l’année 2017, les dirigeants du peuple autochtone Anacé ont intenté une action populaire contre le prélèvement d’eau illégal à Lagamar do Cauípe, une zone de protection de l’environnement, devant la Cour d’État du Caucaia. Dans un premier temps, ils ont obtenu une décision de justice favorable aux communautés autochtones et traditionnelles. Cependant, le gouvernement de l’état a été plus tard autorisé à utiliser les eaux de Cauípe.

Histoire de confiscations violentes

Le 19 janvier 2018, la première reprise de possession a eu lieu dans une zone de «retomada» appelée Lagoa do Barro, dans la municipalité de Caucaia, qui est entre les mains de squatters. L’Anacé a rapporté l’agression subie pendant l’expulsion violente, avec quelques chefs menacés d’arrestation.

Quelques jours plus tard, le 24 janvier 2018, en raison de la lutte contre le retrait d’eau de Lagamar do Cauípe pour approvisionner les entreprises du complexe industriel et du port de Pecém, affectant la vie de 27 communautés, la police a effectué une nouvelle attaque pour reprendre possession de la terre. Des balles en caoutchouc et des bombes au poivre ont été utilisées, les tentes où les dirigeants s’étaient abrités pendant plus d’un mois, pour résister à l’utilisation irresponsable de l’eau pour favoriser les grands capitaux, ont été renversées.
Après la restitution, les Anacés, en particulier la communauté de Japoara, ont été menacés, intimidés et criminalisés à cause de leur lutte pour la terre, l’eau et le plein droit de vivre.

Nous réitérons notre soutien. Nous exigeons l’enquête sur les menaces. Nous demandons que cesse la violence contre le peuple Anacé et les gens des communautés de Japoara et Cauípe.

Pour la délimitation immédiate des terres indigènes du peuple Anacé!
Une terre délimitée, c’est la vie garantie!

Merci d’envoyer votre soutien à direitosindigenasce@gmail.com

Print Friendly, PDF & Email