Les RIJ c’est quoi ?

Les Rencontres Internationales de Jeunes (RIJ pour faire court), ou “Youth Camp” en anglais, c’est une semaine d’internationalisme concentré qui prend place à la fin du mois de juillet. Organisées chaque année dans un pays d’Europe différent, les RIJ rassemblent plusieurs centaines de jeunes, militant.e.s ou non, intéressé.e.s par l’anticapitalisme, l’écologie et la lutte contre les oppressions.

Le but premier est d’échanger sur les théories et pratiques révolutionnaires éprouvées concrètement par des jeunes vivant des situations politiques nationales très diverses. Cet échange d’expériences nous permet de faire le point sur les luttes à construire, et de faire vivre concrètement notre engagement internationaliste.

C’est également une expérience humaine pas comme les autres, où les principes qui nous tiennent à cœur sont appliqués au quotidien. De la tenue du bar au nettoyage des douches et toilettes, l’ensemble des tâches sont assurées collectivement, et le principe d’autogestion domine dans l’organisation pratique du camp (ce qui demande un peu de rigueur personnelle).

L’accent est aussi mis sur le combat des normes et oppressions qui régissent nos sociétés actuelles, offrant des espaces dédiés à l’auto-organisation des femmes, des personnes LGBTQIA+ et racisées. Le camp se dote également de sa propre monnaie solidaire, qui permet de faire une péréquation et d’amenuiser les inégalités de valeur des monnaies et du coût de la vie des différents pays d’origine des participants.

Ok, mais comment ça s’organise concrètement ?

Le camp est initié par des groupes de jeunes militant.e.s membres (ou en solidarité) de la Quatrième internationale. Tous les ans, un pays est choisi pour organiser les RIJ. C’est de la responsabilité de la délégation de ce pays de trouver un endroit où on peut camper à plusieurs centaines, mais également de proposer un programme. Chaque journée des Rencontres est dédiée à un thème spécifique (féminisme, anti-impérialisme, stratégies révolutionnaires etc.), et des formations en plénier ou en petits groupes sont articulées tout au long de la journée.

En Belgique, ce sont les Jeunes anticapitalistes (JAC) et la Gauche anticapitaliste qui participent à ces camps. D’ailleurs, nous en avons accueilli un en 2015.

Et alors cette année ça donne quoi ?

Cette année, ce sont des militant-e-s anticapitalistes du Danemark qui nous invitent ! Ça se passera du 22 au 28 juillet, près de la ville de Billund au Danemark.

Peuvent participer aux RIJ toute personne le souhaitant et qui est intéressée par les élaborations théoriques et stratégiques des JAC, de la Gauche anticapitaliste et/ou de la Quatrième Internationale.

Si vous voulez être tenu-e-s au courant de l’organisation des RIJ, contactez-nous sur Facebook ou à l’adresse : info@anticapitalisme.be ou inscrivez-vous sur le formulaire ci-dessous !

Cette année le coût pour la participation est exceptionnellement bas : 10€ (non ce n’est pas une blague) !

Un trajet aller-retour collectif est également organisé pour 160€ en bus !

Inscription

Programme complet plus bas !

Départ le 21 juillet et retour le 29 juillet à Bruxelles

Programme des RIJ

Jour 0 : Bienvenue

Souper

22h00 : Accueil et ouverture du camp

  • Meeting de bienvenue – présentation de la Red Green Alliance – 10 min
  • Présentation du camp (politique et pratique) – Délégation danoise – 15 min
  • Présentation des espaces femmes et LGBTQIA+ – Délégation italienne – 15 min
  • Présentation de l’espace racisé.e.s – Délégation française – 10 min
  • De 1968 à 2018, expériences de la lutte internationale et révolutionnaire – Délégation française – 10 min
Jour 1 : La crise écologique du capitalisme : la nécessité d’une alternative écosocialiste

7h45 – 8h30 : Petit-déjeuner

8h30 – 9h15 : Réunion de délégation

9h15 – 10h45 : Plénière : Écosocialisme et secteur de l’énergie – Daniel Tanuro (ou Christine Poupin, Marijke Colle)
Cette plénière explorera les idées principales de l’écosocialisme et comment et pourquoi l’écosocialisme devrait être considéré comme une idéologie. Elle montrera également comment le domaine de l’écologie a le potentiel de rompre avec le mode de production capitaliste. La relation entre l’écosocialisme et d’autres points de vue socialistes sera clairement mise en évidence. La plénière abordera également :

  • l’économie circulaire
  • la transition vers une production et une consommation de l’énergie internationale, démocratique et solidaire
  • la production locale
  • la relation entre l’écologie et le mouvement ouvrier

Par ailleurs, cette plénière montrera concrètement comment l’écosocialisme peut être utilisé pour analyser le secteur de l’énergie.

10h45 – 12h00 : Espace femmes – Introduction (Belgique + Grande-Bretagne)
L’espace femmes est un lieu dédié à la lutte, où la place du sujet femme dans le mouvement révolutionnaire est centrale et dont la sororité constitue le cadre. L’espace femmes est un espace politique et non un espace existant en dehors ou indépendamment de la société patriarcale capitaliste. Il existe au sein de cette société.
Introduction, création d’une commission pour la soirée femmes puis, en petits groupes, échange d’expériences de l’oppression.

12h00 – 13h00 : Inter-délégation / réunion du groupe de sensibilisation

13h00 – 14h30 : Dîner

14h30 – 15h45 : Espace LGBTQIA+ – Introduction (Italie + Suisse) – Espace ouvert
L’espace en tant qu’espace de lutte et en tant qu’espace sécurisé. Organisation en petits groupes pour partager les expériences de l’oppression et pour apprendre à se connaître.
Formation d’un comité pour organiser la soirée.

15h45 – 17h15 : Ateliers

  • L’impossible capitalisme vert (NPA)
  • La réappropriation des terres (IT COM)
  • Blocages d’infrastructures : Ende Gelende, Hambacher forest (D / DK)
  • L’obsolescence programmée et les outils pour s’y opposer (atelier pratique) exemples comme le dumpster diving, l’upcycling et la réparation (DK)
  • Vélo : pour des villes accessibles et respectueuses du climat (DK)
  • Climat, classes, races et catastrophes (DK)
  • Les limites technologiques contre l’effondrement éco-climatique (EE)
  • Libération des animaux et antispécisme : potentiel et limites (EE)
  • Souveraineté alimentaire, propriété collective et collectifs fermiers (IT COM)
  • L’écoféminisme (DK)

17h15 – 17h45 : Pause goûter

17h45 – 19h00 : Espace racisé.e.s – Introduction (France NPA + Ensemble)

19h00 – 20h30 : Réunion de délégation

20h30 – 22h00 : Souper (coordination du camp)

22h30 : Activité pour apprendre à se connaître (Danemark)

Jour 2 : Sororité et féminisme

7h45 – 8h30 : Petit-déjeuner

8h30 – 9h15 : Réunion de délégation

9h15 – 10h45 : Plénière : Perspectives révolutionnaires de la lutte féministe – Julia Cámara
Cette plénière analysera la base matérielle nécessaire à la formation du sujet politique. Elle apportera une réflexion sur comment d’autres facteurs influencent la formation d’une conscience et comment les mouvements de femmes et les luttes peuvent radicaliser et créer les conditions nécessaires à la transformation de cette conscience de base en une conscience révolutionnaire. Les luttes passées et présentes serviront d’exemples.
Cette plénière opposera les compréhensions essentialiste et universaliste du concept de “femme” et en proposera une lecture intersectionnelle et marxiste.

10h45 – 12h00 : Auto-défense féministe – Danemark + Suède

Commissions permanentes :

  • Organisation des étudiant.e.s – Suisse + France NPA
  • Organisation des travailleur.se.s – ??
  • Solidarité avec les migrant.e.s – Italie
    Focus sur les connexions qui peuvent être faites en dehors du camp et comment avoir un impact sur les luttes.

12h00 – 13h00 : Inter-délégation

13h00 – 14h30 : Dîner

14h00 – 15h45 : Espace femmes – Sororité (État espagnol)
Courte introduction développant la plénière puis débats en groupes sur la construction de la sororité. Les différents groupes écriront leurs propositions sur des posters qui pourront servir à décorer l’espace, le camp et la soirée.

15h45 – 17h15 : Ateliers

  • Les femmes durant les luttes de 1968 dans une perspective internationale (FR)
  • Le travail du sexe (IT COM)
  • La place des femmes dans les syndicats et les organisations politiques (FR)
  • La théorie de la reproduction sociale (IT COM)
  • Auto-détermination et réappropriation du corps (dont le droit à l’avortement) (POL/DK) / si personne ne vient de Pologne, l’atelier sera centré sur le droit à l’avortement et la contraception, avec une critique de l’industrie médicale (DK)
  • Construction de la grève féministe (avec une attention portée sur la grève en tant qu’outil féministe, sur le travail reproductif et le travail dans le domaine des soins) (EE)
  • Origine et modèles du féminisme intersectionnel : aperçu historique (IT)
  • Parcours de femmes migrantes et ce qui rend leur situation particulière (BEL)
  • Le cybersexisme (DK)

17h15 – 17h45 : Pause goûter

17h45 – 19h00 : Espace LGBTQIA+ – Transformation des relations (Belgique) – Ouvert

19h00 – 20h30 : Réunion de délégation

20h30 – 22h00 : Souper (coordination du camp)

22h00 : Rally avant la soirée femmes

22h30 : Soirée femmes

Jour 3 : Racisme, impérialisme et extrême-droite

7h45 – 8h30 : Petit-déjeuner

8h30 – 9h15 : Réunion de délégation

9h15 – 10h45 : Plénière – La montée de l’extrême-droite – Michael Löwy (ou Emre Ongun, Sarah Farris)
La montée de l’extrême-droite constitue un fait politique qui se développe depuis plusieurs années dans de nombreux pays. Cette plénière analysera ses causes et ses conséquences sur différents groupes et sociétés et abordera ensuite les stratégies de résistance face à cela.

10h45 – 14h00 : Espace conjoint LGBTQIA+, femmes et personnes racisées (France NPA + Ensemble) – L’intersectionnalité du mouvement féministe aujourd’hui + Goûter
Introduction commune puis introduction du sujet par les différents espaces (10min chacun)

14h00 – 15h30 : Ateliers

  • Débat sur les Black Panters (FR NPA)
  • La lutte des vendeu.r.se.s de rue (EE)
  • Organisations fascistes et milices (EE)
  • Entraide antiraciste et expériences économiques pour l’acquisition de droits – “Fuori Mercato”  (IT)
  • Qu’est-ce que le colonialisme-impérialisme aujourd’hui ? Perspectives décoloniales (IT COM)
  • La colonisation du Groenland, ses conséquences et le racisme envers son peuple (DK)
  • Répression politique : la situation au Brésil (BR)
  • Politiser la solidarité avec les migrant.e.s (BEL)
  • L’Europe-forteresse (DK)
  • Histoire populaire du rap (FR)

15h30 – 19h30 : Trip + dîner

19h30 – 21h00 : Réunion de délégation

21h00 – 22h30 : Souper (coordination du camp)

Jour 4 : LGBTQIA+ – Révolte queer

7h45 – 8h30 : Petit-déjeuner

8h30 – 9h15 : Réunion de délégation

9h15 – 10h45: Plénière : Perspectives révolutionnaires dans la politique sexuelle / Mauro Muscio
Quel rôle révolutionnaire jouent les politiques sexuelles radicales ? Où et comment percevons-nous les différentes possibilités qui leurs sont liées aujourd’hui ? Théorie + exemples et expériences passées et présentes. Cette plénière sera orientée vers une ouverture à la révolte plutôt que vers une analyse des défis posés par le néolibéralisme.

10h45 – 12h00 : Espace LGBTQIA+ (comité présente un plan pour l’espace et la soirée)
Débat et organisation de la soirée.

12h00 – 13h00 : Inter-délégation

13h00 – 14h30 : Dîner

14h30 – 15h45 : Commissions permanentes

  • Organisation des étudiant.e.s – Suisse + France NPA
  • Organisation des travailleu.r.se.s – ??
  • Solidarité avec les migrant.e.s – Italie

15h45 – 17h15 : Ateliers

  • Les LGBTQIA+-phobies à l’école (FR ENS)
  • L’effacement bisexuel (EE)
  • Homo-nationalisme, fémo-nationalisme, et islamophobie (CH)
  • La relation entre l’entre-aide/l’autogestion et le droit aux soins de santé (IT COM)
  • Genre et langue : les langues genrées et comment les rendre plus queer (BEL)
  • La représentation des personnes LGBTQIA+ dans les médias (BEL)
  • La sexualité et le plaisir féminin (FR NPA)
  • Le marxisme dans les mouvements LGBTQIA+ – focus sur les prides (DK)
  • La vie des personnes trans et intersexuées (DK+NPA)
  • Théorie et pratiques queer (IT COM)

17h15 – 17h45 : Pause goûter

17h45 – 19h00 : Espace femmes – Le couple, l’amour romantique et la monogamie (Danemark)
Critique de l’amour romantique et alternatives.

19h00 – 20h30 : Réunion de délégation

20h30 – 22h00 : Souper (coordination du camp)

22h00 : Meeting de présentation de la soirée

22h30 : Soirée LGBTQIA+

Jour 5 : L’organisation des travailleu.r.se.s, les politiques en matière d’enseignement et la jeunesse

7h45 – 8h30 : Petit-déjeuner

8h30 – 9h15 : Réunion de délégation

9h15 – 10h30 : Commissions permanentes

  • Organisation des étudiant.e.s – Suisse + France NPA
  • Organisation des travailleu.r.se.s – ??
  • Solidarité avec les migrant.e.s – Italie

10h30 – 12h00 : Plénière : Précarité et organisation de la jeunesse (avec des perspectives hors Europe et au Danemark) – Nina Trige
Cette plénière explorera les questions suivantes :

  • Les conditions de travail précaires. Qu’entendons-nous par précaire ? Quelle est notre analyse de la précarité et qu’est-ce qu’elle implique pour la lutte des travailleu.r.se.s ?
  • La lutte des étudiant.e.s, la solidarité entre les étudiant.e.s et les travailleu.r.se.s et l’entrée dans la force de travail.
  • L’organisation des travailleu.r.se.s freelance et occasionnel.le.s.

12h00 – 13h00 : Inter-délégation

13h00 – 14h30 : Dîner

14h30 – 15h45 : Espace femmes : La lutte contre les violences faites aux femmes (Italie)
Introduction sur les expériences “Non Una di Meno” et “Piano Antiviolenza”.

15h45 – 17h15 : Ateliers

  • La grève Deliveroo en France (FR NPA)
  • Les conflits de travail dans les secteurs précaires (EE) OU L’importance de la création d’espaces de loisirs alternatifs (EE)
  • L’apprentissage dans le système capitaliste : le cas de la Suisse + L’alternance entre le travail et l’école et le travail non rémunéré (IT SA + CH)
  • S’organiser dans les universités : quelle est la meilleure forme d’organisation aujourd’hui ? Quel est le but ? Les expériences de Toulouse dans l’apport de changements au sein du syndicalisme étudiant après la Loi Travail (FR NPA)
  • Organiser les travailleu.r.se.s étranger.ère.s dans les syndicats : introduction par l’exemple positif de la construction du métro de Copenhague (DK)
  • #MeToo dans les syndicats : nos syndicats sont-ils devenus féministes ? – La discrimination des personnes LGBTQIA+ et des femmes sur les lieux de travail (DK)
  • Les revendications féministes dans les contrats de travail, le travail reproductif et des soins dans les négociations (DK)
  • Les femmes dans le bâtiment – la représentation des femmes dans l’industrie du bâtiment et ses conséquences, les villes construites pour les hommes (DK+IT)
  • Le dumping social en tant qu’outil capitaliste dans une perspective internationale (ex. Palestine/Israël) (DK)
  • Les perspectives révolutionnaires dans la culture underground (FR-NPA)
  • Le nouveau syndicalisme alternatif (IT)

17h15 – 17h45 : Pause goûter

17h45 – 19h00 : Espace LGBTQIA+ (Danemark)
Espace fermé. Discriminations au sein du mouvement / Comment obtenir un mouvement uni et inclusif ?

19h00 – 20h30 : Réunion de délégation

20h30 – 22h00 : Souper (coordination du camp)

22h30 : Projection du film “Sozialabbau das isch de hass” (Suisse)

Jour 6 : Du rêve à la réalité révolutionnaire – Auto-organisation et autonomie

7h45 – 8h30 : Petit-déjeuner

8h30 – 9h15 : Réunion de délégation

9h15 – 10h45 : Plénière : Nouvelles stratégies pour les luttes révolutionnaires face à la crise néolibérale et à la montée d’États autoritaires – Penelope Duggan
L’état actuel de la crise néolibérale et la dérive vers des États autoritaires. Nos réponses pour lutter, les mouvements sociaux et les changements dans la composition des classes, l’organisation politique en tant qu’outil pour une révolution.

Introduction/Aperçu :

  • Quelles possibilités révolutionnaires existent au sein de la dérive autoritaire internationale ?
  • Repli national et chantage économique de la part de structures supranationales

Propositions stratégiques :

  • De quelle stratégie révolutionnaire avons-nous besoin dans les mouvements sociaux ?
  • Partir de la revendication de droits pour construire des structures de contre-pouvoir
  • Perspectives de réorganisation stratégique : auto-organisation, mouvements larges et front uni

10h45 – 11h45 : Espace racisé.e.s – (France Ensemble + NPA)

11h45 – 12h45 : Espace LGBTQIA+ – Bilan (Italie)

12h45 – 14h15 : Dîner

14h15 – 15h45 : Ateliers

  • La grève générale (FR NPA)
  • Comment organiser les révolutionnaires aujourd’hui ? (DE)
  • L’expérience du Rojava (DE/DK)
  • Les mouvements politiques larges et comment être activiste révolutionnaire au sein de ceux-ci (FR ENS)
  • Marxisme et populisme (EE)
  • Le mutualisme conflictuel en tant qu’horizon stratégique afin de créer de l’auto-organisation (IT COM)
  • Comment s’organiser dans la lutte contre les structures capitalistes de l’UE (DK)
  • La préparation du 8 mars dans l’État espagnol, expérience pratique et organisationnelle (EE)
  • Les théories conspirationnistes en temps de crise (GB)
  • La surveillance de masse et les défis du monde virtuel (FR ENS)
  • La répression d’État (FR NPA)

15h45 – 16h45 : Espace femmes – Bilan (FR NPA)

16h45 – 17h15 : Pause goûter

17h15 – 18h45 : Réunion de délégation

18h45 – 20h30 : Coordination du camp + Rangement

20h30 – 22h00 : Souper

22.00 : Rally de fermeture et à l’année prochaine !