La Gauche anticapitaliste appelle à participer massivement à la manifestation du 13 janvier pour la démission de Theo Francken. Nous avons souscrit dès le début à l’appel des organisat.eur.rice.s, que nous reproduisons ci-dessous.
La Gauche anticapitaliste assume pleinement la position exprimée lundi dans une carte blanche signée par cinq de ses membres, publiée sur le site du Vif et amplement partagée sur les réseaux sociaux: « Theo Francken doit être viré, mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt ».

Comme le disent les auteur.e.s en conclusion de ce texte : « Il est grand temps que la gauche réalise que la “politique migratoire” joue un rôle majeur dans l’offensive néolibérale d’un système capitaliste mondial miné par ses contradictions. (…) Les migrant.e.s sont les premières cibles de cette politique, mais celle-ci vise le monde du travail dans son ensemble. Lutter pour eux, c’est lutter pour nous. Le limogeage de Theo Francken ne prendra tout son sens que s’il fait avancer la lutte pour une alternative anticapitaliste garantissant à tous et toutes la liberté de circulation et d’installation sur cette planète. C’est en définitive la seule réponse à l’engrenage infernal par lequel plus de racisme, plus de sexisme, plus d’islamophobie, plus de nationalisme marchent du même pas que plus de coupes dans la sécurité sociale, plus de flexibilité et de précarité au travail, plus d’austérité dans le secteur public, plus de destruction de l’environnement. »

Refusons de rester sur le terrain déterminé par l’adversaire, celui des contrôles aux frontières et des « critères de l’asile ». L’asile est un droit. La liberté de circulation et d’installation doit être un droit. Ce droit nécessite une autre politique ? Battons-nous pour cette autre politique – juste, généreuse, démocratique, féministe, internationaliste, écologique ! Soutenez la Gauche anticapitaliste ! Manifestez avec nous !

Rendez-vous ce samedi 13 janvier à 13h15 à la Gare du Nord à côté de la statue de Simon Bolivar !

L’appel de la manifestation

Le 30 décembre nous étions bien plus que 10 à nous rassembler pour annoncer à Theo Francken que les citoyen.ne.s avec ou sans papiers lui ordonnent de quitter le gouvernement. Nous lui avons donné un délai de 15 jours. C’est pourquoi nous appelons à manifester massivement ce samedi 13 janvier.

Nous serons nombreu.x.ses pour vérifier si l’ordre a été exécuté et démontrer notre détermination à refuser qu’un ministre puisse avoir des propos et une politique raciste, meurtrière et tortionnaire impunément.

On ne compte plus les recadrages de Francken par le premier ministre Charles Michel. Ces recadrages ne sont rien d’autre que de la communication car le gouvernement fédéral est bien derrière son secrétaire d’État à l’Asile et à la migration. Ce 2 janvier 2018, Charles Michel a encore soutenu publiquement Theo Francken et le 7 janvier Bart De Wever déclarait que la N-VA quitterait le gouvernement si Francken devait démissionner. Au-delà du “cas Francken”, c’est donc la politique anti-migratoire et raciste du gouvernement fédéral qu’il convient de critiquer.

Ces dernières années la situation des personnes migrantes et des sans-papiers en Belgique n’a cessé d’empirer. Une politique d’asile toujours plus restrictive et une gestion migratoire toujours plus sécuritaire s’accompagnent d’une rhétorique raciste de plus en plus décomplexée et de l’augmentation des violences d’État envers les personnes migrantes : rafles, passages à tabac, enfermement, déportations… Il s’agit d’ailleurs d’une tendance générale observable partout en Europe, de la Hongrie à l’Italie en passant par la France, concertée au sein de l’UE et transcrite dans ses directives.

Le succès de notre mobilisation le 30 décembre dernier et l’exemple de ces centaines bénévoles qui chaque jour hébergent et viennent en aide aux personnes migrantes depuis plusieurs mois prouvent que nous sommes nombreu.x.ses à nous opposer à la vision du monde que défendent Francken et le gouvernement fédéral. Nous l’affirmons haut et fort, nous ne nous reconnaissons pas dans la politique de ce gouvernement. Nous nous opposons au renforcement du racisme d’État, à la criminalisation des personnes migrantes, à la surexploitation des travailleu.r.se.s sans-papiers. Nous portons au contraire un autre projet de société, solidaire et égalitaire.

C’est pourquoi nous pensons qu’il est temps que la population vivant en Belgique (qu’elle ait des papiers ou non) s’exprime. La démocratie c’est aussi le fait de pouvoir choisir qui sont nos dirigeant.e.s et Francken, nous n’en voulons plus !

Le 30 décembre n’était qu’un échauffement ! Soyons encore plus nombreu.x.ses ce samedi ! Invitez du monde et parlez-en autour de vous !

Premiers signataires

– Coordination des sans-papiers de Belgique
– MRAX asbl
– Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés
– CODE ROUGE
– Acteurs des temps présents
– Jeunes anticapitalistes (JAC)
– Collectif Alternative Libertaire Bruxelles
– Bruxelles Zone Antifa
– JOC Bruxelles
– Bruxelles Laïque

Signataires

– Le Groupe Montois de Soutien aux Sans-Papiers
– Niemand Is Illegaal
– Solidarity for All
– SAP antikapitalisten / Gauche anticapitaliste
– Antifa Antwerpen
– SOS Migrants
– Pigment vzw
– Voyaach
– Union des Progressistes Juifs de Belgique – UPJB
– École en colère
– CEPAG-FORABRA
– Maison du Peuple d’Europe – Europees VolksHuis
– Le Monde des Possibles asbl
– Jeunes FGTB
– La Marche des Migrants de la Région du Centre
– Le CRER
– Attac-Bruxelles 1
– DKOKJI asbl
– Amitié sans Frontières / Vriendschap zonder grenzen
– COMAC, Mouvement des jeunes / Jongerenbeweging PTB/PVDA
– Comité pour l’annulation des dettes illégitimes – CADTM
– Étudiants de Gauche Actifs/Actief Linkse Studenten
– Collectif Riposte.cte
– Mouvement Demain
– Revolution / Vonk
– Réseau ADES
– Tout Autre Chose
– La petite Maison du Peuple ASBL
– Jong groen
– Ecolo j

Print Friendly, PDF & Email