Ce dimanche 8 mars, nous étions de nombreuses associations et mouvements politiques à nous rassembler pour la manifestation du 8 mars, suite à l’appel lancé par le Collectief 8 maars et par la Marche Mondiale des femmes. Malgré la pluie…et le coronavirus, il y avait près de 8000 participant.e.s pour le rendez-vous bruxellois. Hormis le Collecti.e.f 8 maars et la Marche Mondiale des femmes, on a pu voir la présence de Vie Féminine, des FPS, de Rosa (et PSL), de la CSC, y compris la Ligue des travailleuses domestiques, de la FGTB, du PTB d’Ecolo et du PS. Des blocs spécifiques LGBTQIA+ et de femmes racisées ainsi qu’un bloc avec enfants étaient aussi prévus.

Des activités ont eu lieu dès la matinée sur la place de l’Albertine, grâce à l’organisation sur Collectief 8 maars qui défend la grève féministe et pousse les organisations synidcales et féministes institutionnelles depuis un an. Une émission en direct a été animée par Zin TV, Axelle Magazine et Alter echos, tandis que diverses femmes ont organisé des ateliers thématiques sur les violences obstétricales, le droit au logement, ou encore le self-care des femmes racisées en milieu militant. Le Collectief 8 maars a fait également le lien à l’international en relayant les appels des mouvements chiliens et argentins, et en invitant des femmes du monde entier à venir s’exprimer sur leur scène.

#8marsNous avons pris la rue, nous avons crié et nous avons chanté aussi !

Posted by FeMiNiSmE – YeAh on Sunday, March 8, 2020

Du côté du bloc Féminisme YeahGauche anticapitaliste et JAC, l’ambiance était chaleureuse, de nombreuses personnes sont venues nous rejoindre en cours de route. Nous avons chanté et crié des slogans au mégaphone pour montrer notre solidarité avec les femmes précaires, trans, lesbienne, sans-papiers… Des slogans qui collaient assez bien à l’esprit internationaliste, pluriel et radical parmi les participant.e.s à la journée dans leur ensemble : «Première, deuxième, troisième génération, nous sommes toutes des filles d’immigréEs », « face aux violences sexistes, on se lève et on résiste ! », « Semira, Mawda, on n’oublie pas, on ne pardonne pas !», « lesbiennes et femmes trans agressées : c’est toutes les femmes qui sont visées! ». Tout au long du parcours, quelques explications ont été lancées au mégaphone pour faire lien entre les slogans (anticapitalistes, antiracistes, écologistes), la situation sociale et politique actuelle et le combat féministe. Nous avons également croisé le chemin de l’association Angela D qui lutte pour le droit au logement et avons repris ensemble leur chant contre la précarisation des logements à Bruxelles.

Discours de Bintou Touré aujourd'hui a la manifestation des femmes

Discours de Bintou Touré aujourd'hui a la manifestation des femmes.

Posted by Coordination des sans-papiers de Belgique on Sunday, March 8, 2020

La police s’est à nouveau illustrée par sa violence, en frappant plusieurs manifestantes en marge du cortège, sous prétexte que celles-ci allaient tagguer des slogans féministes sur un mur(1)Voir à la 19ème seconde : https://youtu.be/L-STe2ZMAOI. Piqûre de rappel : la police ne sera jamais l’alliée des luttes d’émancipation.

Nous souhaitons particulièrement mettre en avant le discours, au départ, de Bintou (de la Voix des sans-papiers) qui a rappelé qu’on ne peut pas parler des droits des femmes en oubliant les femmes sans-papiers et sans droits, dont elle a dénoncé la tragédie de l’indifférence et la déshumanisation qu’elles subissent de la part de l’Etat et de la société. Bintou a donné rendez-vous aux manifestantEs pour le 21 mars à la manifestation nationale contre le racisme et le 19 avril(2)Manifestation organisée par la coordination des sans-papiers de Bruxelles pour la régularisation des sans-papiers. Pour Feminisme Yeah et la Gauche anticapitaliste, il est clair que la place des femmes sans-papiers est en tête de manifestation.

Nous sommes certes encore loin des mouvements de masse et grèves impressionnantes de l’Etat espagnol ou d’Amérique latine, mais la mobilisation prend forme, confirme et se développe aux quatre coins du pays, comme en témoignent les manifestations, actions et grèves à Gand, à Namur, à Charleroi ou à Anvers notamment. Ce n’est pas terminé puisque des actions sont encore prévues ce 9 mars dans le cadre de la grève des femmes appelée par le Collecti.e.f 8 maars.

Au final, c’était une belle journée de mobilisation combative : la vague féministe internationale est bien vivante en Belgique aussi. À nous touTes de l’amplifier en soutenant partout où nous le pouvons l’auto-organisation des femmes* dans une perspective de grève féministe large.

Photo : Dominique Botte

Print Friendly, PDF & Email

Notes   [ + ]