Nous reproduisons ici la carte blanche du Collectif féministe Kahina publiée sur Mediapart.

Decathlon suspend la vente d’un foulard de running, une responsable Etam refuse le CV d’une postulante portant un foulard ; pire, le 15 mars, sur certaines chaînes françaises, ce n’est pas le massacre perpétré dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande qui fait polémique alors même que le terroriste se réclame de la théorie du « Grand Remplacement » du Français Renaud Camus. Ce ne se sont pas les 50 morts et 47 blessés qui mettent la population en émoi, c’est l’autorisation dans une piscine française du port du burkini … qui est annulée peu de temps après devant le tollé.

De même, lors des débats électoraux, alors que les responsables politiques sont remis en cause pour leur Loi travail ou le fossé grandissant entre les riches et les pauvres, d’aucuns brandissent le prétexte du vêtement des musulmanes pour détourner l’attention publique des vrais problèmes. Ces discours ne cessent de se multiplier en France, font tâche d’huile en Belgique et nous empêchent de lutter ensemble contre les trois systèmes de domination que sont le capitalisme, le racisme et le patriarcat. Trois ennemis qui s’alimentent respectivement en continuant à opprimer toutes les femmes – et les hommes aussi – partout dans le monde.

En Belgique, les femmes musulmanes ou supposées l’être, et en particulier celles qui portent un foulard, sont stigmatisées, exclues du monde de l’emploi et de la formation : ces dernières sont interdites d’accès dans les écoles secondaires et l’enseignement supérieur non universitaire, de même que dans les emplois du secteur public, à quelques exceptions près. Dans certains milieux féministes et antiracistes, elles sont considérées comme soumises et opprimées, bref « à libérer ». Ces postures issues d’un héritage colonial banalisent et légitiment des mesures racistes et antiféministes. Celles-ci occultent les réels problèmes d’un système-monde où les pays du Sud sont dépendants d’un système d’échange inégal qui les accule à la misère et dont nous portons la responsabilité majeure. On s’offusque qu’une femme fasse du sport en couvrant ses cheveux mais on ne s’interroge pas sur le salaire de misère que nos multinationales versent à des enfants du Congo qui risquent leur vie dans les galeries pour extraire du Coltan, ou le maigre revenu de ces travailleuses et travailleurs d’Inde, du Pakistan ou du Cambodge qui fabriquent les vêtements que nous portons ou les ballons avec lesquels nos enfants jouent.

Assignation à l’altérité, mépris, discrimination et exclusion

Ainsi, toutes ces femmes racisées ne sont pas seulement discriminées en tant que femmes, mais en tant que femmes d’origine étrangère ou assimilée – les converties –, en raison de leur classe sociale réelle ou supposée, la couleur de leur peau et leur religion. Au lieu de s’attaquer aux systèmes d’oppression qui se croisent pour peser comme une chape de plomb sur elles, on les marginalise en les posant comme soumises, opprimées, endoctrinées ou islamistes. On les condamne au confinement dans l’espace clos de leur maison, seules aux prises avec la domination masculine, et on les réduit au silence au nom de la liberté! Le risque ne serait-il pas qu’elles pourraient s’émanciper elles-mêmes ? Pourtant, l’objectif (d’auto-émancipation) n’est-il pas celui de la lutte féministe ? Or, la « mécanique raciste » remplit son rôle : l’assignation à l’altérité, le mépris et l’exclusion qui frappent ces femmes servent nos ennemis principaux. Le racisme permet de légitimer l’organisation hiérarchique et injuste de la société et de justifier les inégalités qui en résultent.

On nous dit que des filles et des femmes sont forcées de porter ce fichu sur leurs cheveux. C’est un scandale que nous devons combattre ici comme ailleurs. Mais on nous dit aussi que pour « sauver » celles-là, il faut leur interdire, comme à toutes les autres, l’accès à des espaces qui leur permettraient précisément de se libérer des carcans qui pèsent sur elles. Voilà qui est à la fois contradictoire, incohérent et résolument antiféministe. On ne libère pas les femmes malgré elles ; leurs chemins d’émancipation sont multiples et pluriels. Il est urgent de comprendre que ces interdictions sont une double peine pour les femmes contraintes et une fin de non-recevoir pour celles qui veulent faire société en saisissant l’opportunité d’un système démocratique qui inscrit la liberté de conscience et la liberté d’expression de toutes nos convictions dans sa Constitution. Ces interdictions nuisent ainsi au principe même de la laïcité, principe politique qui garantit ces libertés mais aussi l’égalité et la justice. Elles pervertissent le principe de neutralité qui doit permettre qu’aucune vision du monde ne s’érige comme norme supérieure : seul doit compter le service rendu et non l’apparence des agents ou des usagers, dans le secteur public comme dans le secteur privé. Le temps presse : les intégristes d’une laïcité dévoyée, comme ceux d’une religion instrumentalisée à des fins politiques tirent parti de ces discriminations structurelles qui nous empêchent de construire ensemble la société que nous partageons. L’islamophobie se répand dans la société, lentement mais sûrement, c’est une réalité vécue et non un mythe.

Nous, féministes antiracistes et décoloniales, revendiquons, pour les filles et femmes musulmanes, comme pour toutes les femmes, l’accès à l’emploi privé et public, à l’instruction, à l’enseignement et à la formation, à la culture et à l’expression culturelle et à la citoyenneté pleine et entière, y compris politique. Et parce que nous sommes féministes décoloniales, nous voulons que les vrais problèmes soient pris en charge par les responsables et qu’ils apportent de vraies solutions : le taux de chômage des personnes immigrées est de 17% contre 6,8% pour les personnes non-immigrées ; 25,5% d’entre elles sont originaires du Maghreb et 21% des autres pays d’Afrique. Ce sont 47% de Belges qui considèrent les Musulman.e.s comme une menace et 59% les Tsiganes. Personne ne peut nier la résurgence de l’antisémitisme. Le racisme institutionnel représente donc bien une ligne de fracture qui banalise l’exclusion de certains.es ; il considère les sans-papiers comme jetables, les demandeurs-ses d’asile comme dangereux.ses, les immigré.e.s comme mal intégré.e.s ou participant à la criminalité sur « notre sol ». Personne ou presque ne s’inquiète de la criminalité en col blanc qui est responsable de 221 milliards d’euros de fraude fiscale aux dépens de notre Sécurité sociale. Les élections approchent, nous ne sommes pas dupes. A tous les êtres humains responsables, nous lançons cet appel : faisons tout ce qui en notre pouvoir pour construire une société plus juste ; luttons ensemble contre les inégalités et les discriminations qui font le lit du racisme et du fascisme. Notre gouvernement doit prendre ses responsabilités. Malgré ses engagements internationaux, notre pays n’a toujours pas de plan interfédéral de lutte contre le racisme et les discriminations. Nous devons y remédier. Sans délai. Ensemble.

Cette carte blanche est donc aussi un appel à la solidarité pour nous rassembler dans un esprit de convergence des luttes pour l’égalité de droit et la justice pour tou.te.s.

Carte blanche du Collectif féministe Kahina 2019

Rédactrices

Collectif féministe Kahina (Sema Aydogan, Ouardia Derriche, Seyma Gelen, Malika Hamidi, Eva M Jiménez Lamas).

Avec le soutien de

  • Farida Aarrass (Co-fondatrice du Comité Free Ali)
  • Layla Azzouzi (Militante)
  • Karima Benyaich (Citoyenne)
  • Yamina Bounir (Militante des droits humains)
  • Isabelle Braspennincx (Agrégée de Philosophie et islamologue, UCL)
  • Sarah Degée (Enseignante)
  • Khalissa El Abbadi
  • Nadia El Khattabi (Formatrice en alphabétisation)
  • Sabiha El Youssfi (Citoyenne)
  • Marie Fontaine (Citoyenne féministe engagée)
  • Sonia Haddad
  • Inès Guiza (Architecte)
  • Zoubida Jellab (Echevine Ecolo)
  • Rajae Maouane (Conseillère communale Ecolo)
  • Jennifer Nowé (Membre du collectif Cannelles)
  • Collectif Nta Rajel ? (Collectif féministe et antiraciste de la diaspora nord-africaine (France))
  • Mahinur Ozdemir (Parlementaire bruxelloise)

Signataires

  • Fatima Rochdi (Directrice d’AlterBrussels asbl)
  • Hajar Rochdi 
  • Farida Tahar (Vice-présidente du CCIB) 
  • Qamar Takkal (Citoyenne interconvictionnelle)
  • Yasmina Tobbeche (Féministe antiraciste décoloniale)
  • Hafida Bachir Mrabet (Secrétaire politique de Vie féminine)
  • Antifasciste action Belgium
  • Cercle féministe de l’ULB
  • Christine Delphy (Directrice de recherche émérite CNRS)
  • Le Poisson sans bicyclette
  • BePax
  • CCIB
  • Axel Farkas (Gauche Anticapitaliste)
  • Candice Vanhecke (Be.One)
  • Henri Goldman (Tayush)
  • Ida Dequeecker (BOEH ! et FURIA)
  • Mwanamke Collectif Afroféministe Belge
  • Yvoire De rozen (Militante afroféministe et anti-raciste)
  • Mustapha Chairi (Militant antiraciste)
  • Nicolas Bossut (Secrétaire général de BePax)
  • Pauline Forges (Militante féministe Yeah)
  • Milady Renoir (Voisine de luttes intersectionnelles)
  • Fatiha Ajbli (Docteure en sociologie (EHESS))
  • Manuela Varrasso (Auteure ‘Le voyage d’Andrea’)
  • Annick Coupé (Syndicaliste et militante ATTAC France)
  • Roxanne Chinikar (Psychologue)
  • Musa Saygin (Enseignant)
  • Ismahane Chouder (Co-présidente du Collectif Féministes Pour l’Egalité (CFPE – France))
  • Hélène Yaseera Passtoors (Militante anti-apartheid et ex-prisonnière politique)
  • Evelyne Dogniez (Féministe active dans le domaine de la migration)
  • Sonia Dayan-Herzbrun (Sociologue, Université Paris Diderot (France))
  • Goto Van Kern (Jeunes anticapitalistes (JAC))
  • Laurence Stevelinck (Militante féministe)
  • Christopher Pollmann (Professeur des universités agrégé de droit public, Université de Lorraine (France))
  • Ali Rahni (Militant associatif (France))
  • Mhamed Achargui (AECD asbl)
  • Irene Zeilinger (Féministe)
  • Raphaël Gély (Professeur de philosophie (Université Saint-Louis-Bruxelles) )
  • Nicolas Rousseau (BePax) 
  • Marie Peltier (Historienne)
  • Mujing (Militante féministe décoloniale)
  • FeMiNiSmE YeAh
  • Juliette Thévenin (Militante féministe et historienne de l’art)
  • Pauline Thirifays (Enseignante et féministe)
  • Petya Obolensky (PTB)
  • Bénédicte Janssen
  • Zoé Genot (Députée régionale Ecolo)
  • Amandine Kech (Coordinatrice Magma asbl)
  • Sabine Panet (Rédactrice en chef de axelle magazine)
  • Lauraline Michel, Yasmine Yahiatene et Amandine Vaccaielli (Membres du collectif OXO)
  • Center for Intersectional Justice (Allemagne)
  • Emilia Roig (Center for Intersectional Justice)
  • Samantha Zamora (Conseillère communale Ecolo)
  • Hamza Belakbir (Allié)
  • Safa Bannani (Journaliste)
  • Audrey van Ouytsel (PhD, coach-hypnothérapeute)
  • Manu Scordia (Dessinateur)
Print Friendly, PDF & Email