À un mois et demi des élections communales, force est de constater que notre appel pour une liste unitaire de la vraie gauche à Mons est resté lettre morte. Nous le regrettons, mais nous ne baissons pas les bras pour l’avenir !

En janvier dernier nous avions publié un appel(1)Lire ici : gaucheanticapitaliste.org/elections-communales-a-mons-appel-pour-une-liste-unitaire-de-la-vraie-gauche/ dirigé à toutes celles et ceux qui pensent nécessaire que s’affirme à Mons, lors des prochaines élections communales, une alternative crédible à gauche, à la hauteur des enjeux actuels. Suite à cet appel nous avons eu des contacts et rencontré d’autres formations politiques. Parce que la transparence est un pilier fondamental du projet démocratique que nous défendons, il nous semble honnête et nécessaire de résumer brièvement ces échanges.

« Caramba, encore raté ! »

Notre appel était dirigé en premier lieu au PTB, en tant que principale force à la gauche de la gauche, mais aussi pour donner suite à l’expérience unitaire qui avait été celle de PTB-GO ! (Gauche d’ouverture !) lors des élections fédérales et régionales de 2014. Nous avons donc rencontré, à notre demande, le PTB Mons-Borinage le lundi 22 janvier 2018. Leur réponse a été claire et sans ambiguïté : c’est non à une liste unitaire et non à la présence de membres de la Gauche anticapitaliste sur la liste PTB. Le PTB préfère présenter une liste incomplète plutôt que de l’ouvrir aux autres composantes de la gauche. Soit.

Quelques mois plus tôt nous avions été contacté·e·s par le Parti atomique, qui nous a proposé un rendez-vous. Nous l’avons accepté et nous les avons donc rencontrés le jeudi 26 octobre 2017. Au-delà du flou politique de la liste et de l’aspect loufoque – assumé – de ses revendications, l’échange a été tout à fait cordial. Nous avons expliqué que nous étions sur le point de publier un appel et que nous allions faire une démarche en direction du PTB. Nous avons également expliqué que nous étions ouvert·e·s à une liste large, regroupant différentes composantes de la gauche montoise. Finalement, le Parti atomique nous a proposé ceci : nous pouvions avoir des candidat·e·s sur leur liste, quitte à avoir notre propre programme, mais pas de liste commune sous un autre nom. Pour nous c’était non : nous ne pensons pas que le Parti atomique ait la légitimité politique nécessaire pour rassembler largement sous sa bannière. De plus, nous ne cherchions pas à « placer des candidat·e·s » absolument sur une liste – peu importe laquelle. Notre démarche était toute autre… Le Parti atomique était cependant ouvert à des collaborations pratiques dans le cas où nous présenterions une liste propre (collages d’affiches communs, échange d’informations, etc.). Nous soulignons et apprécions cette attitude fraternelle d’ouverture, qui devrait être la règle entre forces politiques qui se respectent !

Enfin, après la publication de notre appel, nous avons également été contacté·e·s par le Mouvement Demain. Nous avons eu quelques échanges par courriel mais malheureusement aucune rencontre physique avec des membres de leur section montoise n’a pu avoir lieu.

Nous actons donc ces opportunités manquées. Ces quelques lignes ne sont pas écrites dans un esprit de revanche ou d’animosité. Elles visent à informer de manière transparente les personnes qui nous suivent et celles que nous croisons fréquemment dans les mobilisations. Nous déplorons l’absence d’un véritable projet unitaire et émancipateur, de rupture avec les politiques de privatisation de la ville, clientélistes et répressives (Mawda !)(2)gaucheanticapitaliste.org/jusque-sur-lautoroute-en-belgique-la-forteresse-europe-continue-de-tuer/, qui aurait pu voir le jour dans le respect des spécificités de chacun·e.

La section montoise de la Gauche anticapitaliste

Notes   [ + ]