Mirabal

On ne peut plus dire qu’on ne savait pas ! On ne peut plus laisser faire !

Le vent tourne En 2017, de nombreuses femmes se sont autorisées à parler librement via les réseaux sociaux des agressions sexuelles qu’elles ont vécues. En parler pour ne plus être seule, pour ne plus se sentir coupable, pour exprimer notre colère légitime, pour trouver la force de faire en sorte que ça change, profondément et durablement, pour qu’aucune de nous ne vive plus jamais ça ! En 2017, les associations féministes ont, pour la première fois en Belgique, mis des mots et des visages sur un chiffre terrifiant : au moins 39 femmes assassinées cette année-là parce qu’elles étaient des femmes(1)http://stopfeminicide.blogspot.be; www.facebook.com/StopFeminicideBelgium !...

Lire

Appel à la manifestation féministe nationale contre les violences faites aux femmes le 25 novembre

Les violences faites aux femmes, une responsabilité collective ! Les violences faites aux femmes s’exercent sous de multiples formes (sociales, économiques, physiques, sexuelles, verbales, psychologiques,…) et sont partout : dans la famille, au travail, à l’école, dans les médias et les institutions publiques, dans la rue…, en Belgique comme ailleurs. Malgré l’insuffisance des statistiques, les chiffres récoltés témoignent de l’ampleur des violences faites aux femmes dans notre pays [1]. On ne les voit pas, elles sont rendues invisibles par leur banalisation, leur minimisation, la culpabilisation des victimes, la confusion entre conflits de personnes et violences de genre, ou encore...

Lire