Julien Salingue

« La pratique du football, qu’il faut différencier du spectacle, est un champ de lutte »

Ceci est une contribution au débat qui ne représente pas l’opinion de l’entièreté de la Gauche anticapitaliste. Peut-on être de gauche et aimer le football ? Peut-on aimer le football sans cautionner les dérives du football-business ? Le football peut-il s’abstraire des rapports de forces politiques et sociaux ? Autant de questions qui se posent de manière récurrente, notamment lors de l’organisation de grands événements sportifs comme la Coupe du monde qui se joue à l’heure actuelle en Russie. Pour tenter d’aborder ces questions de manière originale, nous avons rencontré Mickaël Correia, journaliste à CQFD et auteur d’une remarquable Histoire populaire du football(1)Éditions la Découverte, mars 2018,...

Lire

Gaza : pas de « responsabilités partagées », mais un État agresseur et un peuple agressé

À n’en pas douter, le 14 mai 2018 viendra s’allonger à la longue liste des dates scandant l’histoire tragique du peuple palestinien. Ce jour-là, alors que la nouvelle ambassade US était inaugurée à Jérusalem, les snipers israéliens ont, une fois de plus, ouvert le feu sur une foule de manifestantEs désarmés à Gaza, tuant 59 personnes et en blessant près de 2500.   Souvent, les images sont plus fortes que les mots. À ce titre, nul doute que le contraste entre, d’une part, les cérémonies organisées à Jérusalem à l’occasion du transfert de l’ambassade US et, d’autre part, les...

Lire

Guerre en Syrie : « Macron fait endosser à la France un rôle de supplétif de Trump »

Des frappes américaines, françaises et britanniques ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi pour détruire plusieurs sites stratégiques syriens dont un centre de recherche soupçonnés d’héberger le programme chimique du régime de Bachar al-Assad. Pour y voir plus clair, Julien Salingue, chercheur en science politique, a répondu aux questions de Regards. Le président Macron a décidé seul d’intervenir en Syrie aux côtés des britanniques et des américains, sans débat au Parlement – prévu dans trois jours. Il fallait aller vite ? La justification par l’urgence est évidemment un prétexte. Cela fait plus de 7 ans maintenant que...

Lire

Bloody Friday à Gaza

Le vendredi 30 mars était organisées, dans les territoires palestiniens, les premières initiatives de la « marche du Retour », initiée par plusieurs associations palestiniennes et soutenue par les factions politiques. À Gaza, des manifestations et rassemblements regroupant des dizaines de milliers de personnes ont été délibérément pris pour cibles par l’armée israélienne. Bilan : 18 mortEs et plus de 1 400 blesséEs.  Les manifestations organisées le 30 mars dernier, à l’occasion de la célébration de la journée de la Terre (voir l’Anticapitaliste n°423), marquaient la première étape des six semaines d’initiatives de la « marche du Retour ». Celles-ci dureront jusqu’au 15 mai, date anniversaire de la création de...

Lire

«68 n’a pas commencé au mois de mai, ni au mois de mars, donc ni au Quartier latin ni à Nanterre.»

Entretien avec Ludivine Bantigny, historienne et militante qui vient de publier 1968 : de grands soirs en petits matins (éditions du Seuil). Nous revenons avec elle sur les événements de 1968 et sur leur portée, cinquante ans plus tard. Pourquoi ce livre sur mai 68 ? Avais-tu anticipé le conflit de -mémoire à l’occasion du 50e anniversaire de l’événement ou est-ce un projet plus ancien ? En fait ce travail est déconnecté de la commémoration, et c’est assez arbitraire que le livre sorte au moment du cinquantenaire – même si l’éditeur a repoussé de quelques mois la sortie du livre, qui...

Lire
  • 1
  • 2