Proximus : “Retenez-nous, sinon on fait un malheur…”

Le « bal des faux culs ». Il n’y a pas d’autre expression pour qualifier les réactions « médiatiques » du monde politique, patronal et syndical, suite à l’annonce de nouvelles perspectives de pertes d’emplois chez Proximus (ex-Belgacom, ex-RTT).  Comme s’il s’agissait d’un fait inédit, alors que cette entreprise a déjà réduit ses effectifs de plus de 15.000 unités au cours du dernier (gros) quart de siècle, et alors que cette entreprise est une société anonyme (le « de droit public » ne change rien à l’affaire !) cotée en Bourse (et membre de l’élite de cette institution du capital, le « top 20 ») et donc mue...

Lire