La classe travailleuse s’écrit au féminin et au pluriel

Jamais dans l’histoire du capitalisme la classe travailleuse n’a été aussi féminisée qu’aujourd’hui. Si l’on ajoute les chiffres du travail non déclaré et du travail dit domestique à celui de la main-d’œuvre mondiale, on peut affirmer que la majorité des personnes qui travaillent sont des femmes. «Si nous nous arrêtons, le monde s’arrête»: la grève mondiale du 8 mars 2018 a mis en évidence cette transformation profonde, ainsi que le potentiel d’un mouvement de femmes qui agit comme catalyseur des luttes contre la violence patriarcale, la précarité capitaliste et l’oppression raciale et sexuelle. Selon les estimations de l’Organisation internationale du travail...

Lire