Nous étions plus de 300 personnes à nous rassembler tôt ce matin du mercredi 7 novembre devant le Palais de Justice de Bruxelles. La raison ? Onze personnes sont poursuivies par la justice pour avoir aidé des personnes migrantes. Leur audience au tribunal devait avoir lieu ce matin mais il a été reporté dans l’après-midi car l’une des personnes se trouvait toujours en centre fermé et la justice avait “oublié” de le libérer.

Pour la plupart il s’agit d’hebergeu.r.se.s en lien avec la Plateforme Citoyenne de Soutien aux Réfugié.e.s. Le gouvernement a décidé qu’iels représentaient un “danger” et a donc organisé des rafles à domicile afin de les arrêter. Selma Benkhelifa, avocate d’une des personnes l’a rappelé : “Quel danger représentent ces personnes pour la société ? Aucun ! Par contre les budgets de lutte contre les violences contre les femmes et/ou les viols ont diminué.” C’est une volonté politique claire de créer un climat de peur et de criminalisation pour toutes le monde qui soutiendrait les personnes migrantes.

Les prises de paroles on dénoncé le racisme institutionnel qui visait les personnes poursuivies. Elles sont toutes inculpées pour les mêmes motifs mais ont subi un traitement différent. Une personne qui avait la double nationalité a passé 8 mois en détention préventive, un autre qui a la double nationalité a également fait de la prison, les personnes blanches avec la nationalité belge n’ont pas fait de prison.

Nous avons également pu entendre le témoignage d’une autre hébergeuse qui n’était pas poursuivie aujourd’hui. Elle aussi a du subir une rafle à très tôt le matin à son domicile. Elle a été arrêtée et s’est retrouvée seule en cellule. Les humiliations, abus de pouvoir, insultes, intimidations … qu’elle a subi font froid dans le dos.

Solidarity-Is-Not-A-Crime-2Face à cette répression, le collectif “Solidarity Is Not A Crime” avait organisé le soutien. Nous étions donc assez nombreu.x.ses ce matin (un matin d’un jour de semaine) pour montrer notre opposition à cette politique anti-migratoire qui s’attaque maintenant aux personnes en lutte. Nous avons organisé une haie d’honneur jusqu’au palais de justice pour les personnes poursuivies pour encourager la solidarité et le soutien aux personnes migrantes.

On le voit bien ! Ce qui gêne le gouvernement, c’est la volonté de citoyen.ne.s avec ou sans-papiers de s’organiser pour soutenir les personnes migrantes et lutter contre leur politique anti-migratoire. Leur volonté est donc de casser un mouvement qui a pris de l’ampleur et qui organise notamment l’hébergement chez des milliers de citoyen.ne.s dans toute la Belgique depuis plus d’un an.

Notre seule arme (mais quelle arme !) est donc de continuer à lutter et à nous organiser. Construire un mouvement large et unitaire rassemblant toutes les forces qui luttent pour un antiracisme radical et décolonial et pour une réelle justice migratoire.

À la Gauche anticapitaliste nous soutenons les collectifs de personnes sans-papiers auto-organisés et nous participons quotidiennement à la construction de mouvements citoyens (avec et sans-papiers) pour défendre :

  • L’ouverture des frontières ;
  • la liberté de circulation et d’installation pour tou.te.s ;
  • la régularisation de toutes les personnes sans-papiers et les mêmes droits pour tou.te.s ;
  • l’ouverture de structures d’accueil publiques pour les personnes qui arrivent en Belgique ;
  • la suppression des centres fermés et l’arrêt de la criminalisation des personnes migrantes ;
  • la liberté pour tou.te.s celleux qui soutiennent les personnes migrantes !

#SolidarityIsNotACrime #NoBorder Haie d’honneur pour les herbergeu.r.se.s poursuivi.e.s par la justice !

Une publication partagée par Jeunes anticapitalistes (@jeunes_anticapitalistes) le