La crise du Covid-19 met en avant les inégalités et les injustices sociales. Alors que le “confinement” (car il n’y a pas de confinement réel tant que des entreprises continuent à faire travailler leurs employé.e.s alors que leur fonctionnement n’est pas essentiel) est mis en place depuis plusieurs semaines, la situation n’est pas la même pour tou.te.s. Les personnes sans-papiers sont parmi les plus précaires en Belgique et cette situation s’aggrave dans la crise que nous vivons. On estime qu’iels sont près de 150.000 dans tout le pays.

Concrètement comment se traduit ce refus belge de leur donner des papiers ? Cela signifie que la Belgique refuse des droits à une partie de ses habitant.e.s :

  • Les personnes sans-papiers n’ont pas le droit de travailler légalement. Elles travaillent généralement au noir et sont exploité.e.s par des patrons peu scrupuleux qui ne payent pas de cotisations sociales. Il n’y a donc très peu de possibilités d’améliorer leurs conditions de travail ou de faire grève pour contester leur exploitation car si elles perdent leur travail, elles n’ont pas droit au chômage.
  • Si elles sont confrontées à un souci judiciaire, elles n’ont quasiment pas le droit de porter plainte. Elles ont le droit d’aller à la police pour faire un P.V. qui sera enregistré  mais ensuite, le/la policier.e a pour obligation de se renseigner auprès de l’office des étranger.e.s pour recevoir des consignes d’une éventuelle arrestation du/de la plaignant.e.afin éventuellement de l’envoyer en centre fermé. Le risque est donc rarement pris par les personnes sans-papiers qui préfèrent ne pas se rendre à la police.
  • L’accès aux soins n’est pas remboursé. Seul l’aide médicale urgente est gratuite à condition de disposer d’une adresse et d’être couvert.e par un CPAS.
  • Toute sortie dans un lieu public est risquée car des rafles policières sont organisées régulièrement dans les transports en communs par la police afin d’y chasser les personnes sans-papiers.

#Régularisation #NoBorder #OuvronsLesFrontières Rabia est militant sans-papier et vit en Belgique depuis plusieurs années. Il nous livre son témoignage et nous rappelle que la lutte pour la régularisation de tou.te.s les sans-papiers continue encore aujourd’hui, même pendant le confinement. Un message à relayer !

Publiée par Gauche anticapitaliste sur Vendredi 10 avril 2020

Avec les mesures répressives du gouvernement Wilmès disposant de pouvoirs spéciaux (soutenu par ecolo et le PS), toute sortie à l’extérieur est donc encore plus risquée pour elleux.

Certain.e.s se retrouvent sans travail et donc sans revenu. Pour les collectifs et membres de la Coordination des sans-papiers c’est la solidarité qui fonctionne. Des soutiens et militant.e.s s’organisent pour récolter de l’argent ou de la nourriture afin de leur livrer de quoi survivre. Pour d’autres, isolé.e.s c’est la débrouille et on ne peut qu’imaginer les difficultés vécues par elleux.

En ce qui concerne directement le covid-19 la situation est catastrophique. Comment se faire soigner alors que l’accès aux soins est difficile pour elleux et que les hôpitaux belges sont obligé.e.s de choisir qui soigner en priorité ? Si tout le monde n’a pas accès aux soins, le virus va continuer de se propager et fera toujours de nombreuses victimes.

Le Portugal a montré la voie en régularisant les personnes en attente de titre de séjour mais ce n’est pas suffisant. La mesure est temporaire (jusque juillet), et ne concerne qu’une partie des personnes migrantes. Ce sont toutes les personnes sans-papiers en demande ou non qu’il faut régulariser et maintenant ! La régularisation doit être permanente car cette situation de précarité est à combattre qu’il y ait une crise sanitaire ou non.

Il nous est impossible de prendre la rue en ce moment pour nous faire entendre mais cela ne veut pas dire que nous allons nous taire. Faisons-nous entendre à 20h à notre fenêtre, balcon, terrasse, … Créons des banderoles ou des affiches à mettre à nos fenêtres. Démontrons que le combat pour la régularisation continue !

Avec la Gauche anticapitaliste, nous soutenons depuis plusieurs années la lutte des personnes sans-papiers pour :

  1. L’ouverture des frontières, la liberté de circulation et d’installation pour tou.te.s !
  2. La régularisation de toutes les personnes sans-papiers et les mêmes droits pour tou.te.s !
  3. La gratuité à 100% de tous les soins pour tou.te.s !

Si vous souhaitez apporter votre aide à un ou plusieurs collectifs de sans-papiers(1)Lire le communiqué de la Coordination des sans-papiers : https://sanspapiers.be/lettre-aux-representants-politiques-belge/, contactez-les grâce à ce lien : sanspapiers.be/qui-sommes-nous/

Print Friendly, PDF & Email

Notes   [ + ]