Rosetta Scibilia est déléguée itinérante CNE chez Delhaize. Nous l’avons interviewée au sujet des grèves qui ont commencé dans les supermarchés aujourd’hui. Ces travailleurs/euses sont également en 1ère ligne face a la maladie et le matériel de protection n’est toujours pas suffisant. Avec l’autorisation d’ouvrir les magasins jusque 22h et la possibilité de « réquisitionner » les travailleurs/euses par le gouvernement via ses pouvoirs spéciaux, la pression est de plus en plus grande sur le personnel des supermarchés.

Nous soutenons leurs revendications pour de meilleures conditions de travail et dans les conditions les plus sûres possibles.


Axel Farkas : Quelles sont les conditions de travail dans les supermarchés ?

Rosetta Scibilia : Les conditions sont très difficiles et il y a beaucoup de client.e.s (environ 1200 à 1500 par jour et par magasin). Quelques mesures ont été mises en place mais il a fallu attendre un certain temps avant de les voir arriver : vitres en plexiglas pour protéger les caissières, un.e garde pour gérer les flux de client.e.s, … Mais ces mesures ne sont pas suffisantes.

Le personnel continue de prendre des risques et pendant ce temps l’argent coule à flots. Nous le savons parce que nous voyons les chiffres tous les jours. Les patrons s’en mettent pleins les poches.

Des négociations ont été entamées mais n’ont rien donné. La direction de Delhaize nous a fait des propositions : 5 jours de congé supplémentaires, 0,55€ d’augmentation par chèque repas et une réduction sur nos achats dans les Delhaize. En résumé : des miettes ! Nous n’avons aucune prime et ce que la direction nous donne revient dans leurs caisses.

AF : Comment a démarré cette grève ?

RS : Impossible pour nous d’accepter cette situation alors que les grands patrons sont chez eux en télétravail et que nous prenons des risques depuis 3 semaines. Les tensions entre client.e.s et travailleurs/euses augmentent également à cause de certains rayons vides et la gestion pour le respect des distances sociales commence à être difficile à organiser …

Pour nous, ça suffit ! Nous avons organisé des assemblées de travailleurs/euses aujourd’hui dans tous les magasins pour informer le personnel. Certains Delhaize ont déjà pris l’initiative de ne pas ouvrir aujourd’hui et si rien ne bouge, nous généraliserons la grève à tous les magasins dès demain. Nous avons également des contacts avec les travailleurs/euses de chez Carrefour et il se pourrait qu’iels suivent la grève ce week-end également.

AF : Quelles sont vos revendications ?

RS : Cet après-midi nous allons encore négocier avec la direction. Tou.te.s les spécialistes conseillent de porter des masques. Il n’est donc pas normal que nous n’en ayons pas (y compris pour le personnel soignant) alors que nous sommes en 1ère ligne et prenons des risques pour notre santé. Nous exigeons d’avoir des masques pour tou.te.s les travailleurs/euses.

Nous demandons également de pouvoir fermer les magasins une heure plus tôt afin que la pression sur les travailleurs/euses diminue et qu’iels puissent remplir les magasins dans le calme, en respectant les distances de sécurité d’un mètre cinquante. Nous demandons enfin qu’une prime soit accordée aux travailleurs/euses afin qu’iels puissent en disposer comme iels le souhaitent (pas une réduction chez Delhaize qui reviendrait dans les poches des patrons).

AF : Comment la grève va-t-elle s’organiser ?

RS : Nous sommes conscient.e.s que cette grève est difficile pour les client.e.s qui ont besoin de nourriture mais la situation n’est plus tenable pour nous. Vu les conditions, nous ne pourrons pas organiser de piquet mais nous informerons les client.e.s sur les raisons de notre mouvement avec des tracts et affichages sur les magasins et espérons qu’iels comprendront que nous nous battons la santé et la sécurité de tou.te.s.

Print Friendly, PDF & Email