C’est plus de 10.000 personnes qui sont sorties dans les rues de Bruxelles ce dimanche 25 février pour exprimer notre refus de la politique anti-migratoire du gouvernement. Malgré un froid glacial (mais un soleil présent toute la journée), la foule était immense et très diversifiée. Des hébergeu.r.se.s du parc Maximilien, des associations humanitaires, des organisations politiques et militants et syndicales, des collectifs de sans-papiers en lutte pour leur droits, de simples citoyen.ne.s (avec ou sans papiers), tou.te.s étaient là pour réclamer la régularisation des personnes sans-papiers, l’ouverture des frontières et l’arrêt des expulsions.

Nous étions quelques centaines (ce qui fut un succès, vu la période des fêtes et que nous n’avions eu uniquement 2 jours pour mobiliser) le 30 décembre lorsque nous avons lancé les premières actions puis 8.000 personnes le 13 janvier et encore plus nombreu.x.ses ce 25 février. Le mouvement grandit et s’élargit : plus de 120 organisations avaient signé le texte d’appel et soutenaient la manifestation.

Nous n’avons encore rien gagné si ce n’est que nous avons prouvé que nous pouvons travailler de manière unitaire tout en faisant un réel travail politique. Pour la première fois, nous avions des revendications communes. Il ne s’agissait plus uniquement de crier notre dégoût de la politique anti-migratoire de Michel, Francken, Jambon et leur bande mais de proposer de réelles alternatives en y impliquant les personnes concernées (la Coordination des Sans-Papiers de Belgique), les organisations humanitaires de terrain, les militant.e.s et organisations actives et les organisations syndicales impliquées dans la défense des travailleu.r.se.s sans-papiers !

La Gauche anticapitaliste et les Jeunes anticapitalistes continueront à travailler de manière unitaire et appellent déjà à rejoindre la manifestation antiraciste du 24 mars à 14h à la Gare du Nord de Bruxelles pour continuer le combat.

Photo :Romy Fernandez / romyclick.com

Print Friendly, PDF & Email